LA PAUVRETÉ N'EST PAS UN DÉLIT!








Sur la bien nommée Place d’Armes ce samedi 8 juillet 2017, le Bourgmestre de Namur et son Collège ont mis en scène leur politique de répression injustifiée à l’égard des mendiants. Un tel décret communal traduit en une séance d’expulsion musclée viole les plus élémentaires droits humains.

Le CAL Namur constate avec effroi la mise en œuvre d’une rafle policière injustifiée à l’égard de personnes fragilisées.

La pauvreté structurelle, causée par les différentes mesures gouvernementales de démantèlement de la protection sociale et les difficultés d’accès au logement et/ou au travail, s’insinue dans toutes les strates de la population.

Le CAL Namur interpelle les autorités communales quant à la poursuite de telles pratiques. Interdire la mendicité c’est décider que les citoyens pauvres ne sont que des pauvres et non plus des citoyens, dignes de l’attention de leurs mandataires, élus pour les protéger !

La restriction des droits sociaux ne peut que générer la résistance à l’injustice. La réponse de la Ville de Namur se borne à criminaliser la contestation. Le coût financier et humain d’une telle politique répressive est démesuré et absurde, à l’heure où les services sociaux, les éducateurs de rues, les associations socio- éducatives et culturelles de prévention voient leurs budgets rabotés au profit de la seule sécurisation des zones dites touristiques.

A Namur, l’autorité publique « humaniste » se résume-t-elle à chasser les pauvres l’été et à les cacher l’hiver ?